Shopping et religion au menu du Bourget
15 avril, 2009 @ 11:09 Café robusta -reportages,Café turc

L’UOIF a organisé la 26ième édition de son congrès annuel rassemblant des dizaines de milliers de musulmans venus de toute la France.

La 26ème édition du traditionnel Congrès annuel de l’UOIF s’est tenu du 11 au 13 avril au Bourget sur le thème : «  La religion dans nos sociétés modernes : des valeurs à partager, des spécificités à assumer ». Tous les ans, le congrès du Bourget est l’occasion pour familles, couples et groupes d’amis, de vivre au grand jour le temps d’un long week-end leur religion. L’organisation de l’évènement est rôdée.

bourget.jpg Une navette en bus a été mise en place par les organisateurs entre la gare du Bourget et le Parc d’expositions pour faciliter l’acheminement des visiteurs. En arrivant, le public règle le paiement de l’entrée et se dirige vers le site. Certains visiteurs viennent uniquement pour la journée, d’autres ont décidé de passer tout le week-end. Ambiance colonie de vacances, avec duvet et provisions à la main pour les quatre jours de campement. Dans les allées de la rencontre, l’ambiance est bonne enfant. Nous sommes vendredi 11 et le congrès vient à peine de commencer. « On ne se bouscule pas encore mais ce ne serait tarder », me confie Salma, une bénévole. « Il est 13h, les familles vont commencer à arriver vers 18h. C’est surtout demain samedi que le monde va affluer », précise-t-elle. C’est dans le Salon, une énorme salle où commerçants en tout genre,  restaurateurs et associations diverses tiennent leur stand, que les visiteurs s’engouffrent à leur arrivée.

Emplettes islamiques

Pour les commerçants présents, ce congrès est l’opportunité de vendre leurs produits et de profiter d’une clientèle disponible trois jours durant. Zafer Türkan, un Turc de France, tient un stand de vêtements pour femmes. Le propriétaire de cette échoppe est venu accompagné de sa famille : « On est 5 aujourd’hui mais demain quand  il y aura plus de visiteurs, on sera 10 », dit-il en souriant. Cela fait 5 ans que ce commerçant du 10ème arrondissement parisien se rend au congrès du Bourget. Foulards, jupes, robes et autres vêtements pour femmes ornent son stand, qui à peine installé, ne désemplit pas.  « C’est très intéressant pour mes affaires, mais je préfère attendre la fin de la rencontre pour me prononcer. Ce n’est que le début ; demain les gens viendront plus nombreux », affirme-t-il prudent. Ses clients ? « Ce ne sont que des femmes, parfois des couples. La majorité est d’origine maghrébine. Il y a aussi des turques vivant en France et quelques femmes turques venant d’Allemagne mais c’est rare», me confie M.Türkan. Une des clientes tente de négocier le prix d’une robe : « Je viens chez vous tous les ans. Vous vous souvenez l’an dernier j’avais acheté plusieurs tuniques chez vous», lance-t-elle. « Je viens ici car j’y trouve des vêtements amples, compatibles avec ma religion, de bonne qualité et pas trop chers », me confie l’une d’entre elles.

Erkan, un collégien de 15 ans, accompagne ses parents commerçants pour les aider à vendre leurs produits. La famille, venue de Mulhouse, a roulé toute la nuit à bord d’un grand camion chargé des différentes marchandises que la famille espère écouler durant le Congrès : des vêtements pour femmes et du matériel électroménager. « C’est la première fois que je viens, confie-t-il. Mon grand frère aussi est venu mais il est avec ses amis et s’occupe d’une cafétéria. Je me suis rendu compte de la difficulté du travail de mes parents mais 4 jours, c’est un peu long. On fait vite le tour et à la longue c’est pas vraiment intéressant », raconte-t-il. La famille qui compte rester les 4 jours du congrès a loué une chambre d’hôtel à proximité du Parc des Expositions. Malgré tout, Erkan mesure toute la responsabilité de sa mission : « Pour mes parents, les ventes des autres années se sont bien passées. Au début c’est toujours la même chose : les gens regardent les prix, comparent, planifient leurs achats et ils achètent en fin de rencontre. Avec la crise, j’espère qu’on ne verra pas les ventes baisser ».

« Vivre sa religion tranquillement »

Si elle est une opération commerciale non négligeable pour les nombreux vendeurs présents sur place, la rencontre annuelle du Bourget permet à ses visiteurs de trouver des produits de consommation  correspondant à leurs besoins et de répondre ainsi à une attente de recherche identitaire. Pour Ayse et Emine, deux jeunes étudiantes d’origine turque habituées à venir au Congrès «  entre filles », un tel évènement est le meilleur moyen de revaloriser une identité musulmane qu’elles considèrent comme bafouée. « Ici, on se sent bien, on ne se sent pas jugé, on peut vivre notre religion tranquillement sans être montrée du doigt par rapport à notre voile par exemple ». Elles apprécient « l’ambiance familiale du Congrès où il est possible de rencontrer des musulmans de toute la France et d’Europe ». « Ca fait un peu colonie de vacances mais tout en se consacrant à la religion », s’amuse Ayse. « On essaye d’assister aux conférences, d’écouter des gens qui connaissent bien la religion, de faire notre prière en groupe. On est aussi venu faire quelques achats; surtout des livres que l’on ne peut pas trouver ailleurs, des vêtements et des Cd aussi », précise Emine.

Selon les chiffres du service de communication du Congrès, plus de 150 000 personnes se sont rendues au Bourget ce week-end déambulant les dizaines de stands et assistant aux nombreuses conférences et table-ronde proposées. L’intégration des Musulmans dans les sociétés occidentales a été au coeur des débats et des conférences organisées durant ces quatre jours. Tariq Ramadan, islamologue suisse d’origine égyptienne a, au cours d’une conférence intitulée « La vie quotidienne et moderne : Islam, cohérence et finalités », donné des éléments pour une meilleure conjugaison de l’islam et de la vie quotidienne des Musulmans occidentaux. En quittant les lieux, un jeune me tend un pin’s où il est inscrit : « I am Muslim, dont’ panik ». Business et religion auront bien été les deux maître-mots de cette rencontre.

Nassira El Moaddem.

Article publié dans l’hebdomadaire franco-turc Zaman. 

-cafedactualites
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

promos viandes |
actuplanet |
chlochlodu77 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | blogbladi
| sofianelebossdu0120041995
| LA GUILDE DES RIRES