La Place d’Italie aux couleurs des livres maghrébins
8 février, 2009 @ 3:07 Café robusta -reportages

Samedi 7 et dimanche 8 février 2009 s’est tenue à la Mairie du XIII ème arrondissement la 15ème édition du Maghreb des livres. Un événement littéraire qui a réuni les amoureux des belles lettres maghrébines.

dcfc02311.jpgIl est presque 13 heures et les couloirs de la mairie du XIIIème arrondissement sont pleins à craquer. En passant près du Café Maure, les odeurs de thé à la menthe, de fleur d’oranger et de « msemen* » titillent les narines des visiteurs. Il y a à peine une semaine la place d’Italie résonnait aux chants et instruments asiatiques à l’occasion du Nouvel an chinois. Ce week-end, c’est au tour des pays d’Afrique du Nord d’être à l’honneur pour la 15ème édition du Maghreb des livres.

Le Maroc à l’honneur

Créé par l’association « Coup de Soleil », présidée par Georges Morin, Conseiller délégué aux coopérations méditerranéennes à la ville de Gières, près de Grenoble, le salon se veut un rendez-vous incontournable pour les amoureux de littérature nord-africaine et franco-maghrébine. Tous les ans, un pays est à l’honneur. Pour cette édition, place à la littérature marocaine avec des auteurs comme Tahar Benjelloun, Maati Kabbal ou encore Kadiri Abdeslam. Malgré le déménagement à la Mairie du XIIIème, pour cause de travaux dans la salle des fêtes de l’Hôtel de ville, l’ambiance est au rendez-vous. Autour d’étalages de livres à pertes de vue, tables rondes, remise de prix, dédicaces, hommages se succèdent dans une atmosphère studieuse mais néanmoins bon enfant.

La littérature maghrébine, en manque de reconnaissance?

Pour Azouz Beggag, rencontré au hasard des allées du forum, « c’est la chaleur du Maghreb qui réchauffe ici alors que Paris est sous la neige et la pluie »! L’ancien ministre se réjouit « de l’ambiance fraternelle qui réunit les pays du Maghreb ». « C’est ça l’Union Pour la Méditerranée « lance-t-il enjoué! Et d’ajouter : « Ce sont ce genre d’ initiatives au quotidien qui donnent un sens pratique et visible et qu’il faut encourager ! » Interrogé sur un éventuel manque de reconnaissance de la littérature franco-maghrébine par les professionnels, l’auteur du Gône du Chabaa répond sans détour : « Je suis de ceux qui pensent que le livre de Yasmina Khadra, « Ce que le jour doit à la nuit », aurait largement mérité un prix! ». Selon lui, un travail reste à faire au niveau des jurys littéraires, encore peu ouverts aux autres sensibilités.

Invité au salon à dédicacer ses derniers livres, l’ancien ministre des Affaires Étrangères, Hubert Védrine, confie l’enthousiasme qu’il éprouve à participer à cette manifestation : « Je suis venu avec plaisir. C’est une rencontre importante. La littérature maghrébine, je la trouve très puissante. Elle apporte quelque chose d’original à la littérature francophone ».

Le talentueux écrivain algérien, Yasmina Khadra, sagement assis, multiplie les autographes et écoute tranquillement les réactions de ses lecteurs. Celui qui est considéré comme l’un des meilleurs auteurs de langue française, appelle « à se battre pour que le livre du Maghreb recouvre sa place ».

dcfc0236.jpg

Il voit son écriture comme « un élan vers les autres » et se définit comme « un écrivain totalement algérien » regrettant le désintérêt « des Arabes pour leurs propres auteurs »(…) « J’étais à Dubaï et là-bas on ne savait même pas qui j’ étais alors que je suis un des auteurs arabes les plus lus au monde. C’est une nation qui relève du folklore plus que de la culture », confie-t-il un peu énervé. A la question « Ressentez-vous une certaine frustration à ne pas recevoir de grands prix? », Yasmina Khadra répond, sourire aux lèvres : « Citez-moi un seul prix Goncourt qui soit de renommée international! », avant de s’enfuir, pressé.

Prochain rendez-vous: Le Maghreb des films

Jeunes, moins jeunes, familles, amis, parisiens, de Province, quelques 4 000 visiteurs sont attendus pour ce week-end littéraire. Et dans une semaine, place au 1er Maghreb des Films Paris-Banlieue, qui, dans le même esprit, espère attirer autant de curieux et ouvrir les portes d’un cinéma maghrébin en plein renouveau. Si 2009 est l’année du buffle, ce mois de février sera sans aucun doute placé sous le signe du Maghreb.

Nassira El Moaddem

(Photos : Yasmina Khadra dédicaçant un de ses romans. Plus haut : lectrice au Maghreb des Livres/ Nassira El Moaddem)

* crèpe feuilletée d’Afrique du NordArticle paru sur le Bondy Blog : cliquez ici

-cafedactualites
rss pas de réponses

Laisser un commentaire

promos viandes |
actuplanet |
chlochlodu77 |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | blogbladi
| sofianelebossdu0120041995
| LA GUILDE DES RIRES